Actualités
02 juin 2015

La dépression changerait la perception du temps

Selon une récente étude de l’Université Johannes-Gutenberg à Mayence (Allemagne), les personnes dépressives auraient une perception altérée du temps qui passe. Explications.

La perception du temps modifiée
En consolidant les résultats de plusieurs enquêtes menées par le passé, les chercheurs de l’Université Johannes-Gutenberg ont mené une étude comparative portant sur 433 personnes dépressives et 485 sujets en bonne santé. Il leur avait été demandé d’évaluer leur perception subjective du temps sur une échelle allant de « très rapide » à « très lent ». Résultat : par rapport aux personnes en bonne santé, les personnes souffrant de dépression  auraient l’impression que le temps s’éternise, voire s’arrête.

Quelles implications cliniques ?
Les personnes dépressives auraient donc l'impression que le temps s’écoule très lentement. Leur sentiment que les journées, les semaines s’éternisent ne signifie pas pour autant que leur capacité à estimer le temps réel est altérée. En effet, l’étude a révélé qu’elles estiment correctement le temps objectif, par exemple 1 minute qui passe ou la longueur d’un film.

Quelles pourraient être les impacts de ce résultat sur la prise en charge des patients ? Peut-elle contribuer à l’améliorer ? L’étude ne se prononce pas. D’autant que les auteurs eux-mêmes affirment qu’elle ne prend pas en compte l’effet du traitement psychologique ou des antidépresseurs  sur la perception du temps qui passe. Le débat est ouvert…

Source
Université Johannes-Gutenberg, Mayence
http://www.jad-journal.com/article/S0165-0327(14)00843-X/abstract 
Numéro d’autorisation : NOTPR-15.04-00003568