Actualités
22 aoû 2012

La consultation par téléphone, un nouveau moyen de traitement ?

Des chercheurs américains ont montré que les consultations par téléphone pouvaient aider les patients à poursuivre leur traitement mais qu’elles restaient néanmoins moins bénéfiques que les consultations en face à face.

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) font partie de la prise en charge de la dépression. Il est maintenant établi qu’associées à un traitement médicamenteux, elles concourraient à limiter les risques de rechute. Courantes outre-Atlantique, les consultations sans fauteuil ni divan commencent à être proposées en France. Une étude américaine récente montre que ces thérapies sont mieux suivies lorsqu'elles sont gérées par téléphone. En effet, les cliniciens ont constaté que les patients abandonnaient leur TCC faute de temps, de moyens financiers ou de possibilités de se déplacer. Dans l’étude, 325 patients atteints de troubles dépressifs sévères ont suivi 18 séances de TCC soit par téléphone soit par des séances face/face. Des améliorations significatives de l’état dépressif des patients ont été observées dans les deux groupes mais les patients du groupe traité par téléphone ont été plus assidus avec seulement 21% d’abandon (vs 33% pour le groupe traité par des consultations en face à face). Néanmoins, après 6 mois de traitement, les patients du groupe ayant rencontré leur thérapeute en face/face présentent un bénéfice supérieur sur leur état dépressif. Ainsi, la présence physique du thérapeute semble-t-elle jouer un rôle important dans l’amélioration de l’état du patient et serait préférable à des séances par téléphone. Toutefois pour certains patients qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas se déplacer, les consultations par téléphone peuvent présenter un intérêt et leur permettre de se soigner.

Source : D. C. Mohr et al., Effect of telephone-administered vs face-to-face cognitive behavioral therapy on adherence to therapy and depression outcomes among primary care patients: A randomized trial. JAMA, 2012; 307 (21): 2278-85. DOI: 10.1001/jama.2012.5588