Actualités

Mai 2016
Dépression : méditer pour ne pas rechuter

Selon des chercheurs de l'Université d'Oxford, la méditation permettrait d'éviter ou de retarder les rechutes chez les personnes sujettes à la dépression. Une méthode efficace  qui nécessite un engagement quotidien des patients.

La dépression est l’une des maladies psychiques les plus répandues. Selon une enquête réalisée en 2005 par l’Institut National de la Prévention et de l’Education pour la Santé (INPES), 19 % des français de 15 à 75 ans ont vécu ou vivront une dépression au cours de leur vie. De plus, on estime que la moitié des personnes ayant souffert de dépression feront au moins une rechute au cours de leur vie si elles ne suivent pas de traitement préventif.

Jusqu’à présent, la prise d'antidépresseurs au long cours demeure le traitement préventif de référence. Elle réduirait jusqu’à deux tiers la probabilité de rechute. Mais une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Oxford, publiée dans la revue médicale The Lancet, prouve que les thérapies fondées sur la « méditation de pleine conscience » constituent une approche complémentaire efficace pour lutter contre les rechutes. Inventée par Jon Kabat-Zinn, professeur émérite de médecine à l'université du Massachusetts et docteur en biologie moléculaire, cette méthode consiste à focaliser son esprit, ses pensées et sensations sur l'instant présent.

Dépression : éviter les rechutes

Si plusieurs essais cliniques avaient déjà montré les bienfaits de cette technique, aucune expérimentation n'avait encore permis de comparer son efficacité par rapport au traitement antidépresseur. Sous la direction de Willem Kuyken, professeur en psychologie à l’Université d’Oxford,  l’équipe a mis en place un protocole rigoureux : plus de 420 patients ayant souffert d'au moins 3 épisodes dépressifs importants ont été traités soit par antidépresseurs, soit par l’exercice de la méditation. Au terme d'un suivi de plus de 2 ans, les 2 traitements se sont révélés positifs pour éviter ou retarder les rechutes. « Cette étude, ajoutée aux travaux précédents, donne des preuves solides de l'efficacité de la méditation de pleine conscience pour les patients qui veulent une alternative aux antidépresseurs », estiment les auteurs.

Une pratique quotidienne pour sortir du cycle de la dépression

En France, plusieurs hôpitaux ont déjà recours à la méditation dans le cadre du traitement préventif des récidives. Mais si la méditation de pleine conscience fonctionne tout comme les antidépresseurs, sa pratique se révèle plus contraignante. « La méditation nécessite une pratique quotidienne. C'est comme pour le sport, il faut être motivé », remarque le Professeur Raymund Schwan, psychiatre au CHRU de Nancy. Il n’est donc pas question de se prendre en charge seul. « La méditation de pleine conscience est à la mode mais sa pratique doit être encadrée par des professionnels formés », souligne le docteur Jean-Gérard Bloch, à l'origine du premier diplôme universitaire « Médecine, méditation et neurosciences » à l’Université de Strasbourg. Il faut aussi prendre garde à ne pas considérer cette thérapie comme une méthode miracle. Éviter les rechutes de dépression n'est, malheureusement, jamais garanti.