Actualités
06 oct 2014

Dépression : l’influence de l’entourage

Le soutien des proches est primordial pour aider le patient dépressif à s’en sortir. Mais l’entourage peut, dans certains cas, favoriser l’apparition de la dépression chez certaines personnes. Comment cette influence négative se manifeste-t-elle et quelle peut être son importance sur le traitement ? Explications.

Un style de pensée négatif... et contagieux

Être entouré de personnes vulnérables au niveau cognitif peut conduire à l’apparition de symptômes dépressifs lors de certaines périodes charnières de la vie. C’est ce qu’affirme une étude récente menée par des chercheurs de l’université de Notre Dame (Indiana, États-Unis) et publiée dans la revue américaine Clinical Psychological Science. L’étude a été conduite auprès de 103 paires d’étudiants colocataires, sur le point de débuter leurs études universitaires. Elle révèle, sur la base des réponses aux questionnaires présentés aux étudiants 1, 3 puis 6 mois après leur arrivée, que les colocataires d’étudiants vulnérables étaient plus susceptibles d’adopter, à leur tour, une approche négative des événements stressants de leur vie.

Une vulnérabilité qui varie avec le temps

Cette vulnérabilité est dite « cognitive » car elle affecte la capacité d’analyse et d’interprétation de la personne. Ainsi, les personnes qui abordent les événements stressants de leur vie en se dénigrant ou en se déresponsabilisant, seraient plus vulnérables à la dépression.
L’intensité de cette vulnérabilité peut s’accentuer ou décroître selon le contexte social ; et son influence sur le succès de la thérapie n’est pas à négliger. En effet, comme elle affecte la façon dont le patient aborde les événements clés de sa vie, cette vulnérabilité peut aussi influencer la façon dont il perçoit le traitement et y répond.

 



Source :
http://www.psychomedia.qc.ca/depression/2013-04-18/vulnerabilite-cognitive