Les proches des patients déprimés doivent-il aller, eux aussi, chez un psychologue ?

La dépression est souvent mal connue et, pour ceux qui ne l’ont pas vécue, difficile à comprendre. C’est pourquoi les proches d’une personne souffrant de dépression ont souvent intérêt à rencontrer un psychologue.

Les proches des patients déprimés doivent-il aller, eux aussi, chez un psychologue ?

Deux raisons peuvent vous amener, en tant que proche d’une personne dépressive, à consulter un psychologue.

Comprendre le malade et mieux l’aider

Lorsque le malade commence son traitement, les proches peuvent souhaiter rencontrer le médecin et/ou le psychologue, pour mieux comprendre la maladie, mais aussi le traitement et son déroulement. Cette démarche peut être très utile pour mieux accompagner le malade, surveiller les symptômes qui pourraient être inquiétants…

Attention toutefois, cette rencontre entre les soignants du malade et ses proches ne pourra se faire qu’avec l’accord du malade. Il peut souhaiter séparer totalement son entourage personnel et son accompagnement médical.

Trouver une aide, un soutien pour accompagner le malade

La maladie peut être très difficile à vivre, au quotidien, pour les proches du malade, et cela d’autant plus que l’épisode dépressif se prolonge, pire encore s’il s’agit d’une récidive… Le découragement peut alors apparaître.

Dans ce cas, les proches peuvent être tentés de se faire aider, à leur tour, par un psychologue ou un médecin. Le médecin consulté pourra être le même que celui du malade. En revanche, si vous envisagez de consulter régulièrement un psychologue, vous ne pourrez pas choisir celui du malade. En effet, le malade confie à son psychologue des pensées et des ressentis dont il n’a pas envie de parler avec sa famille, les deux « univers » devant rester séparés.